Acceuil POLITIQUE Bulletin économique du Maghreb
POLITIQUE - 19 juin 2019

Bulletin économique du Maghreb

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed a annoncé, mardi à Tunis, le lancement du programme « Investia PME » visant à renforcer l’accès de 120 PME au financement direct à travers le marché financier tunisien.

Intervenant à la clôture de la célébration du 50ème anniversaire de la Bourse de Tunis, M. Chahed a insisté sur la nécessité de faciliter l’obtention du financement à travers le marché financier, en révisant le cadre juridique de l’émission des emprunts obligataires, en vue d’en faciliter davantage les procédures.

Il a fait savoir que des mesures vont être prises en vue d’impulser l’épargne et notamment l’épargne via le marché financier, à travers le développement des mécanismes et la mise en place des incitations nécessaires. L’exécutif s’attache à « renforcer la base des sociétés cotées en bourse, à travers l’ouverture du capital de certaines entreprises publiques ou à travers le financement de leurs besoins, en recourant directement au marché financier, par le biais de l’émission d’emprunts obligataires. L’Etat et les collectivités locales, pourraient aussi avoir la possibilité d’exploiter les mécanismes qu’offre le marché financier pour financer leurs projets de développement », a précisé le chef du gouvernement.

Le chef du gouvernement tunisien a considéré qu’en dépit des réformes engagées dans le marché financier tunisien, les résultats n’ont pas atteint le niveau requis, ce qui nécessite un effort supplémentaire pour adapter le marché financier aux évolutions récentes.

Il a de même relevé la modestie de la contribution de la Bourse de Tunis au financement de l’investissement privé, malgré les évolutions qu’a connues le marché financier tunisien dans les domaines législatif, organisationnel et technique. 

****

-. Le taux de contribution du marché boursier au financement de l’investissement privé n’a pas dépassé 6,5% vers la fin de 2018, le reste ayant été pris en charge par le secteur bancaire, a regretté le ministre des Finances, Ridha Chalgoum, lors d’une rencontre organisée mardi à Tunis, à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la bourse de Tunis.

Outre ce problème lié à une faible contribution au financement de l’économie, le marché financier tunisien demeure confronté à d’autres difficultés caractérisées notamment par le manque d’entreprises cotées en bourse, précisant que leur nombre s’élève à 82 entreprises actuellement dont 13 sont cotées sur le marché alternatif.

Le ministre a également déploré les faibles taux d’épargne (moins de 9,5%) et d’investissement (moins de 19%), ajoutant que le taux d’inclusion financière demeure aussi en deçà des attentes dans la mesure où il n’a pas dépassé 36%.

Il a, par ailleurs, fait savoir que les conditions d’introduction en Bourse figurent parmi les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises, notamment celles du marché alternatif, expliquant que ces conditions ne prennent pas en considération le type d’investisseurs et les mécanismes financiers. 

MAP