Acceuil POLITIQUE La France appliquera une écotaxe au départ de ses aéroports
POLITIQUE - 9 juillet 2019

La France appliquera une écotaxe au départ de ses aéroports

À partir de 2020, la France appliquera une écotaxe de 1,5 à 18 euros sur les billets d’avion pour tous les vols au départ des aéroports français, sauf pour les vols en correspondance, vers la Corse et les territoires d’Outre Mer. Cette mesure, qui pourrait rapporter 182 millions d’euros, permettra de financer des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire, a précisé la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Dans le détail, l’écotaxe sera de 1,5 euro pour les vols intérieurs et intra-européens en classe éco, et 9 euros pour la classe affaires. Elle sera de 3 euros (classe éco) et 18 euros (classe affaires) pour les vols hors UE. Mais la mesure, prise par le gouvernement sans concertation, a reçu son lot de critiques. Air France dénonce une taxe qui « pénaliserait fortement » sa compétitivité d’Air France, « alors que la compagnie a besoin de renforcer ses capacités d’investissement pour accélérer la réduction de son empreinte environnementale, notamment dans le cadre du renouvellement de sa flotte ».

Pour sa part, l’Union des aéroports français (UAF) estime que cette taxe est « un non-sens économique et environnemental ». La France reste parmi les pays taxant le plus l’aérien en Europe.

À partir de 2020, la France appliquera une écotaxe de 1,5 à 18 euros sur les billets d’avion pour tous les vols au départ des aéroports français, sauf pour les vols en correspondance, vers la Corse et les territoires d’Outre Mer. Cette mesure, qui pourrait rapporter 182 millions d’euros, permettra de financer des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire, a précisé la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Dans le détail, l’écotaxe sera de 1,5 euro pour les vols intérieurs et intra-européens en classe éco, et 9 euros pour la classe affaires. Elle sera de 3 euros (classe éco) et 18 euros (classe affaires) pour les vols hors UE. Mais la mesure, prise par le gouvernement sans concertation, a reçu son lot de critiques. Air France dénonce une taxe qui « pénaliserait fortement » sa compétitivité d’Air France, « alors que la compagnie a besoin de renforcer ses capacités d’investissement pour accélérer la réduction de son empreinte environnementale, notamment dans le cadre du renouvellement de sa flotte ».

Pour sa part, l’Union des aéroports français (UAF) estime que cette taxe est « un non-sens économique et environnemental ». La France reste parmi les pays taxant le plus l’aérien en Europe.