Acceuil AUTRES Le cardinal Barbarin condamné à 6 mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels
AUTRES - 7 mars 2019

Le cardinal Barbarin condamné à 6 mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels

Le cardinal Philippe Barbarin a été condamné ce jeudi 7 mars par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison avec sursis pour la non-dénonciation des agressions pédophiles d’un prêtre de son diocèse.

En l’absence du cardinal, la présidente du tribunal Brigitte Vernay l’a « déclaré coupable de non-dénonciation de mauvais traitements » envers un mineur entre 2014 et 2015.

Ses avocats ont immédiatement annoncé faire appel. « La motivation du tribunal ne me convainc pas. Nous allons donc contester cette décision par toutes les voies de droit utiles », a indiqué Jean-Félix Luciani, en relevant qu’il « était difficile pour le tribunal de résister à une telle pression avec des documentaires, un film… Ça pose de vraies questions sur le respect de la Justice », a relevé l’avocat.

Pour les cinq autres prévenus, le tribunal a considéré que les faits étaient, selon les cas, soit pas constitués soit prescrits et n’a donc pas prononcé de condamnation à leur encontre.

Pour Yves Sauvayre, l’un des avocats des parties civiles, « le souffle donné dans cette audience a eu des conséquences ». « La responsabilité et la culpabilité du cardinal ont été consacrés par ce jugement. C’est un symbole extraordinaire. Une grande émotion historique », a-t-il relevé.

L’un des plaignants, François Devaux, cofondateur de l’association de victimes La Parole libérée, a lui rapidement salué « une grande victoire pour la protection de l’enfance ».

Les six mis en cause étaient poursuivis pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans ». Des abus imputés au père Bernard Preynat, qui n’a pas encore été jugé pour ces faits antérieurs à 1991.

Le cardinal Barbarin et Régine Maire, ancienne bénévole du diocèse de Lyon, étaient aussi poursuivis pour « omission de porter secours »: on leur reprochait d’avoir laissé Preynat au contact d’enfants, dans l’exercice de ses fonctions, jusqu’en septembre 2015.