Acceuil ÉCONOMIE Le PIB du Maroc enregistre une baisse de 14,9% au deuxième trimestre de 2020
ÉCONOMIE - il y a 3 semaines

Le PIB du Maroc enregistre une baisse de 14,9% au deuxième trimestre de 2020

Le produit intérieur brut (PIB) du Maroc a diminué de 14,9% au deuxième trimestre 2020, a annoncé un communiqué de presse du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Le document, publié mercredi, met en évidence la différence entre l’évolution du PIB au deuxième trimestre 2019 et 2020. L’année dernière, le PIB du Maroc a augmenté de 2,4% au deuxième trimestre.

La baisse de cette année est principalement due à une baisse de 19,1% des taxes nettes sur les produits, contre une augmentation de 2% au cours de la même période en 2019.

La majorité des secteurs économiques marocains ont enregistré une baisse de productivité entre avril et juin 2020 par rapport à 2019, contribuant à la baisse du PIB.

Les activités non agricoles ont diminué de 15,5%, tandis que les activités agricoles ont baissé de 6,9%.

Le secteur primaire marocain a enregistré une baisse de 6,3% au deuxième trimestre 2020, contre 4,9% en 2019.

Lire aussi: l’indice industriel marocain enregistre une baisse de 0,2% en août
Parallèlement, la valeur ajoutée du secteur secondaire a connu une forte baisse de 17,3%. Au deuxième trimestre 2019, il n’a diminué que de 3,8%.

Outre les industries extractives qui ont enregistré une croissance de 7,9%, toutes les industries du secteur secondaire ont connu une baisse de valeur ajoutée. Les industries de transformation ont reculé de 22%, le bâtiment et les travaux publics de 17,1% et l’électricité et l’eau de 12,3%.

Enfin, le secteur tertiaire a connu une baisse de 14,9% au deuxième trimestre 2020. Au cours de la même période de 2019, la valeur ajoutée du secteur des services a augmenté de 3,6%.

La baisse résulte d’une baisse de 90% de l’activité des hôtels et de la restauration, d’une baisse de 55,7% des transports et d’une baisse de 26,5% des échanges.

Certains services, en revanche, ont connu une activité accrue, comme les administrations publiques et la sécurité sociale (5,1%), les services d’éducation et de santé (4,9%) et les services financiers (3,3%).