Acceuil ÉCONOMIE Le président de Swedbank quitte son poste après la démission du PDG
ÉCONOMIE - POLITIQUE - 5 avril 2019

Le président de Swedbank quitte son poste après la démission du PDG

 Le président de Swedbank, Lars Idermark, quittera son poste avec effet immédiat, a déclaré la banque vendredi matin alors qu’elle continuait à faire face aux retombées des allégations de blanchiment d’argent et de délit d’initié.

Les allégations selon lesquelles le prêteur suédois aurait pu être utilisé pour blanchir des milliards de couronnes ont entraîné une chute du cours des actions de plus de 30% et le directeur général a été limogé la semaine dernière.

« Après le débat animé récent sur Swedbank et la question du traitement par la banque des suspicions de blanchiment d’argent dans les pays baltes, j’ai constaté que l’attention des médias de masse ainsi créée n’était pas compatible avec mon rôle de PDG du groupe forestier Södra », a indiqué Idermark dans une déclaration vendredi.

« C’est pourquoi j’ai décidé que la meilleure chose à faire était de quitter immédiatement mon poste de président de Swedbank. J’ai toujours appelé à la transparence et à une relation de qualité et ouverte entre la direction et le conseil d’administration. J’ai toujours privilégié les actionnaires et les clients. C’est pourquoi le développement récent est profondément regrettable « , a-t-il poursuivi.

Ulrika Francke, actuellement vice-présidente de la banque, assumera l’intérim du président démissionnaire.

De nombreuses enquêtes sont en cours sur les transactions suspectes chez Swedbank, ainsi qu’une enquête sur des soupçons de délit d’initié après que des actionnaires majeurs aient vendu leurs actions peu de temps avant la publication d’un rapport accablant par le radiodiffuseur public suédois SVT.

Ces développements surviennent dans le sillage d’une perquisition fin mars du siège de Swedbank à Sundbyberg, près de Stockholm, par des enquêteurs du Bureau des crimes économiques (EBM), le parquet financier suédois.

La banque est soupçonnée d’avoir favorisé ses 15 plus importants actionnaires en les alertant sur des révélations de la télévision publique SVT deux jours avant la diffusion fin février de son émission d’investigation la mettant en cause.

La chaîne avait révélé l’existence de documents montrant qu’au moins 40 milliards de couronnes, provenant de cinquante clients de Swedbank « à risque », auraient transité par les Etats baltes depuis des comptes Swedbank.

Selon SVT, un grand nombre de transactions jugées suspectes ont eu lieu entre 2007 et 2015, dont une partie aurait transité entre Swedbank et Danske Bank. Cette dernière est prise dans un scandale de blanchiment retentissant et qui fait depuis l’objet de plusieurs enquêtes au Danemark mais aussi au Royaume-Uni.