Acceuil ÉCONOMIE Marsa Maroc: le RNPG en hausse de 6% à fin juin
ÉCONOMIE - POLITIQUE - 1 octobre 2019

Marsa Maroc: le RNPG en hausse de 6% à fin juin

Le résultat net part du groupe (RNPG) du leader national de l’exploitation portuaire, Marsa Maroc, s’est élevé, au titre du premier semestre 2019, à 343 millions de dirhams (MDH), en amélioration de 6% par rapport à fin juin 2018.


Le chiffre d’affaires consolidé a atteint, quant à lui, 1,447 milliard de dirhams (MMDH) au 30 juin dernier, en hausse de 4% par rapport à celui réalisé à fin juin 2018, indique l’opérateur portuaire multi-trafics dans un communiqué publié sur son site électronique, notant que cette croissance a été soutenue par l’augmentation du volume de l’activité.


L’excédent brut d’exploitation (EBE) s’est établi à 680 MDH, en hausse de 6% par rapport au S1-2018, entrainant ainsi une amélioration de la marge brute d’exploitation qui est passée de 46% à 47% à fin juin 2019.


Le résultat d’exploitation a affiché une augmentation de 2 MDH à 471 MDH, et la marge nette a atteint 24% contre 23% au titre du premier semestre 2018.


Quant à l’endettement net du groupe, il s’est élevé à -583 MDH, composé de 953 MDH de dettes de financement et 1,536 MMDH de disponibilités, selon Marsa Maroc, expliquant l’amélioration de l’endettement par le décalage de distribution de dividendes qui a eu lieu en juillet 2019 (682 MDH), alors qu’en 2018, les dividendes (785 MDH) ont été servis en juin.


Par ailleurs, le communiqué fait savoir que le trafic global traité, durant le premier semestre de 2019, par Marsa Maroc et ses filiales s’est établi à 19,1 MT en hausse de 3% par rapport au premier semestre 2018, précisant que ce niveau d’activité résulte de l’augmentation du trafic conteneurisé de 7% par rapport au S1-2018.


Il résulte également de la hausse du trafic de vrac et divers de 2%, porté essentiellement par le traitement exceptionnel du charbon destiné à la nouvelle centrale électrique de Safi, selon Marsa Maroc, qui note que cette performance a été atténuée par le recul du trafic des céréales et du Clinker.