Acceuil POLITIQUE Nabil Benabdelah: « Il est important de créer les conditions d’une nouvelle crédibilité de l’action »
POLITIQUE - SOCIÉTÉ - 31 octobre 2018

Nabil Benabdelah: « Il est important de créer les conditions d’une nouvelle crédibilité de l’action »

Décidément, Le boycott a définit un avant et un après dans la vie politique au Maroc. Les appels du gouvernement pour mettre fin à ce blocage continuent d’être raillés par la population qui se bouche les oreilles aux discours politiques, totalement décrédibilisés au profit des mobilisations 2.0 qui remplissent un vide laissé par les partis politiques et les autres institutions de la société civile. Ce contexte met sérieusement en péril le modèle démocratique et économique du pays, où la politique ne parvient plus à remplir son rôle d’intermédiation. Fraîchement réélu au secrétariat général du PPS, Nabil Benabdellah n’a pas manqué d’exprimer sa profonde inquiétude à ce sujet. Lors de sa première interview depuis sa ré-investiture, l’ex ministre de l’habitat parle d’une flagrante dépréciation de la politique au Maroc.

Extrait de ses propos livrés au journaliste Mohamed Chaoui et parus dans le numéro du 1er juin de L’Economiste :

« Pour moi, c’est une inquiétude. Au cours de ces dernières années, le politique a été complètement déprécié. Aujourd’hui, le gouffre et le manque de confiance entre les forces politiques et syndicales et le reste de la population sont criards. Ceci est dangereux parce que cette dépréciation des politiques n’est pas très bonne pour notre pays. Il y a des responsabilités à dégager à ce niveau là. Il s’agit de prendre conscience que la démocratie ne peut se développer sans des partis politiques et des syndicats forts. Les expressions spontanées que nous voyons aujourd’hui doivent d’abord être écoutées, respectées et prises en compte. Car elles expriment des aspirations légitimes, mais au même temps, il y a une absence de canaux de médiation, de dialogue à travers des forces institutionnelles et institutionnalisées. Une démocratie peut difficilement marcher lorsqu’il y a une panne à ce niveau. Nous appelons donc à « un souffle démocratique nouveau » pour redonner de la considération à l’action politique et recréer de la confiance entre les citoyens et les partis. Il est important de créer les conditions d’une nouvelle crédibilité de l’action politique »