Acceuil ÉCONOMIE Nouvelle épisode de Trumperie…
ÉCONOMIE - POLITIQUE - SOCIÉTÉ - 18 février 2019

Nouvelle épisode de Trumperie…

Le président Donald Trump a déclaré l’état d’urgence vendredi afin de libérer 8 milliards de dollars pour la construction du mur frontalier promis depuis longtemps le long de la frontière américano-mexicaine.

« Je vais signer une pétition d’urgence nationale, et elle a déjà été signée à maintes reprises.”a dit M. Trump. « Nous parlons d’une invasion de notre pays, avec la drogue, avec les trafiquants d’êtres humains, avec tous les types de gangs. »

Cette décision déclenchera certainement une bataille juridique qui mettra à l’épreuve les normes constitutionnelles entourant le pouvoir présidentiel.

Avec sa déclaration d’urgence, M. Trump prévoit  » débloquer  » un total de 8 milliards de dollars, dont 1,37 milliard de dollars du Congrès :

600 millions de dollars provenant d’un fonds de confiscation du ministère du Trésor

2,5 milliards de dollars provenant d’un fonds du ministère de la Défense pour la lutte antidrogue

3,6 milliards de dollars pour la construction militaire

Le président n’a pas réussi à faire pression sur les démocrates pour qu’ils affectent 5,7 milliards de dollars au mur en déclenchant la plus longue fermeture gouvernementale de l’histoire des États-Unis, au cours de laquelle il a menacé à plusieurs reprises de contourner le Congrès et d’utiliser ses pouvoirs d’urgence. Il s’agit d’une tentative de dernière minute pour construire la « barrière physique », qui pourrait coûter jusqu’à 70 milliards de dollars aux contribuables américains, selon certaines estimations.

Il est assez courant pour les présidents de déclarer l’état d’urgence. À l’heure actuelle, il y a plus de 30 urgences nationales actives. Pourtant, l’émission d’une urgence nationale pour obtenir de l’argent afin de remplir une promesse électorale partisane,c’est une autre histoire. Cette décision a déclenché l’indignation des dirigeants démocrates, qui ont déclaré que Trump créait un précédent alarmant pour les futurs présidents, les poussant à abuser du pouvoir exécutif.

« Un président démocrate peut également déclarer les situations d’urgence « , a déclaré jeudi la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi. « Le précédent créé par le président devrait susciter un grand malaise et de la consternation chez les républicains. »

Alexandria Ocasio Cortez, une démocrate de New York, a déclaré vendredi à l’Instagram qu’elle et le député Joaquin Castro du Texas présenteraient un projet de loi pour bloquer la déclaration d’urgence nationale de Trump.