Acceuil BUZZ Sept à huit : Lamjared est protégé par le Maroc
BUZZ - ÉCONOMIE - POLITIQUE - 10 février 2019

Sept à huit : Lamjared est protégé par le Maroc

Ce soir sur Sept à Huit, émission de TF1, un reportage a été diffusé sur le chanteur Saad Lamjarred, star marocaine, adulée par une partie de la jeunesse dans le monde arabe et qui fait l’objet de trois poursuites judiciaires pour viols et violences en France.


L’émission rappelle depuis le début de l’affaire. Saad Lamjarred avait alors été accusé une première fois en France de viol et de violences en octobre 2016 , quelques jours avant un concert qu’il aurait du faire au Palais des Congrès.

Placé en garde à vue, il avait été transféré ensuite en détention à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis où il avait passé près de 6 mois derrière les barreaux.

Sa victime Laura Prioul, l’avait accusé de l’avoir violé et violenté dans sa chambre à l’hôtel Marriot Champs-Élysées

Le récit de la victime avait été jugé tout à fait crédible par les enquêteurs malgré la campagne de dénigrement qu’elle a subie dans le monde arabe et surtout au Maroc.

Cette dernière relate dans l’émission la pression qu’elle a dû subir, le harcèlement dans les réseaux sociaux et toutes les fausses rumeurs propagées sur elle. Elle raconte aussi un épisode sordide, où des sommes vertigineuses lui ont été proposées par des intermédiaires Saoudiens pour abandonner l’affaire.

Dans la foulée, alors qu’il est toujours en détention, une Franco-Marocaine avait elle aussi porté plainte contre le chanteur pour viol et violences pour des faits qui dataient de 2015 et qui se seraient produits à Casablanca. Plusieurs marocaines seraient elles aussi des victimes de la star grâce à la protection dont il jouit à tous les niveaux au royaume.

La Franco-Marocaine finira par retirer sa plainte après avoir reçu des pressions de sa famille à elle. La justice américaine, elle, décidera de classer l’affaire de viol qui remontait à 2010 dont les faits se seraient produits à New York, après un arrangement obtenu entre l’accusé et sa victime.

Eric Dupond-Moretti assurait quant à lui la défense de Saad Lamjarred alors que celui-ci avait été mis en examen en octobre 2016 à Paris pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées » et écroué.
Par « sollicitude », le roi Mohammed VI avait conseillé à la famille de Saad Lamjarred que l’avocat français Me Eric Dupont Moretti, connu pour avoir obtenu de nombreux acquittements, « puisse assurer la défense du chanteur », rapportait l’agence de presse marocaine MAP. Le souverain avait « décidé de prendre à sa charge les frais correspondants », avait ajouté la MAP, indiquant avoir appris cette information « auprès de l’ambassade du Maroc en France ».


En avril 2017, le chanteur avait été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire avec le port d’un bracelet électronique.

Quelques mois plus tard, la vedette marocaine bénéficiera progressivement d’une levée partielle et ensuite totale de son contrôle judiciaire.

En août 2018, Saad Lamjarred est de nouveau accusé de viol, cette fois-ci à Saint Tropez, par une autre jeune Française.


Il sera placé en détention à la Maison d’arrêt de Draguignan avant d’être remis en liberté deux mois plus tard. C’est dans cette période aussi que son célèbre avocat annonça qu’il n’assurera plus sa défense.


Vendredi dernier, le chanteur avait rendez-vous avec le juges pour solliciter de nouveau une levée sur son contrôle judiciaire.


« J’ai tout de suite pensé à la victime qui a vécu l’enfer, car j’ai vécu la même chose avec la même personne […] Il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas comme le fait qu’il vagabonde quand il veut où il veut et qu’un tel fait puisse se reproduire », a déploré Laura dans une intervention après l’affaire de Saint Tropez.


La justice va-t-elle répondre positivement aux requêtes de ses avocats au risque que leur client récidive ? Une nouvelle fois ?
Les juges n’ont pour l’instant pas encore tranché…