Acceuil POLITIQUE Technocratie : Quel impact sur la perception de l’exercice politique ?
POLITIQUE - SOCIÉTÉ - 24 avril 2018

Technocratie : Quel impact sur la perception de l’exercice politique ?

Nommé à la tête du ministère de l’économie par SM le roi, M. Mohamed Benchaâboun, PDG de BCP, s’invite comme nouvelle figure du monde des affaires faisant partie la formation gouvernementale. Cette nomination attendue pour relancer l’économie nationale en besoin d’électrochoc, nous force à se poser sérieusement la question sur la persistance du choix de technocratique et son impact en termes de perception. Et ce, à trois différents stades :

La perception de la vie politique par un corps électorale qui contemple ce paysage dont le dessein n’est point véritablement l’oeuvre des urnes.

La perception des partis politiques visiblement défaillants, inaptes de produire une élite capable de gérer la conjoncture, et se contentant d’idéologies enfuies dans le spectre des débats médiatisés sans grand impact sur la vie du citoyen, dont le vote a été animé en premier lieu par l’enjeu éthico-économique.

La perception d’un couple Business-politique dont le rapprochement attise dors et déjà la suspicion chez une bonne partie des publics, comme en a témoigné le dernier boycott. Le public n’a pas vu de bon œil le sur-engagement du ministre des affaires générales et de la gouvernance en faveur de Centrale Danone, ou alors la présence de grands hommes d’affaires dans la formation gouvernementale, qui a mis nombre de fois la problématique des conflits d’intérêts sur la table du débat.