Acceuil BUZZ Trump intensifie la guerre sur les médias sociaux au sommet de la Maison Blanche
BUZZ - ÉCONOMIE - POLITIQUE - 11 juillet 2019

Trump intensifie la guerre sur les médias sociaux au sommet de la Maison Blanche

Faisant face à ses attaques contre la Silicon Valley, le président Donald Trump a laissé entendre jeudi à la nouvelle réglementation sur les médias sociaux alors qu’il rassemblait les critiques des principales plateformes en ligne lors d’un « sommet » à la Maison Blanche.

Trump a invité les activistes conservateurs qui ont été réprimés ou interdits sur les médias sociaux à faire valoir son argument selon lequel les grands réseaux sociaux discriminent les conservateurs, en dépit de son grand nombre de personnes en ligne.

Un sujet important aujourd’hui au Sommet des médias sociaux de la Maison-Blanche sera la terrible malhonnêteté, les préjugés, la discrimination et la répression pratiqués par certaines entreprises. Nous ne les laisserons pas s’en tirer plus longtemps », a déclaré Trump sur Twitter.

Les commentaires ont fait craindre que la Maison Blanche ne cherche à éliminer le cadre juridique qui protège les services en ligne de toute responsabilité pour les contenus préjudiciables publiés par d’autres mais hébergés sur leurs plateformes.

Les défenseurs des droits numériques et d’autres ont averti que le retrait de la protection – codifiée à l’article 230 d’une loi de 1996 – pourrait porter atteinte à la protection de la liberté d’expression et nuire à l’écosystème de l’internet.

« Le gouvernement ne devrait pas exiger – ni contraindre – des intermédiaires à retirer les discours protégés par la Constitution qu’il ne peut interdire directement », a déclaré une lettre signée par 27 organisations de défense des droits civils et numériques et 50 juristes.

La lettre indiquait que de telles demandes violeraient le premier amendement de la constitution américaine sur la liberté d’expression.

« En outre, imposer une responsabilité large à la parole des utilisateurs incite les services à pécher par excès, ce qui aboutit à une censure excessive – voire à éviter de proposer des forums de discussion », ajoute le texte.

Eric Goldman, directeur du High Tech Law Institute de l’Université de Santa Clara, a déclaré que la Section 230 avait rendu l’internet moderne et le contenu généré par les utilisateurs possibles.

« Les sites sociaux les plus populaires d’aujourd’hui n’auraient jamais décollé et Internet ressemblerait en gros au câble », a-t-il ajouté.

Trump a affirmé à plusieurs reprises que des entreprises telles que Facebook, Google et Twitter – qui n’étaient pas invitées au sommet – étaient discriminatoires à son égard et à ses partisans, même si son propre compte Twitter compte près de 62 millions d’adeptes.